AU PROGRAMME DU CINÉMA BELLEVAUX

Si vous ne visualisez pas correctement l’e-mail, cliquez ici

––––––– LE CRAN LITTÉRAIRE #10 –––––––
Cycle de performances littéraires
JE 29.09 / 20:00

Prix unique à 5.- (soutien à 15.-)

Site web

Andri Snær Magnason est né à Reykjavík le 14 juillet 1973. Il a écrit des romans, des poèmes, des drames, des contes et des essais. Ses œuvres ont été publiées ou jouées dans plus de 20 pays. Son roman « LoveStar » (traduit en français par Eric Boury, Paris, Zulma, 2015) a été élu Livre de l’année par les libraires islandais en 2002, il a reçu le prix littéraire DV, une mention pour le Prix de la littérature islandaise et la version française a obtenu le Grand Prix de l’Imaginaire 2016 du roman étranger. Poèmes de supermarché (éditions d’en bas, 2016) compare et mythologise les grandes surfaces marchandes avec les différents cercles de la « Divine Comédie » de Dante. Tony O’Neill (1978) est un auteur britannique vivant actuellement dans le New Jersey. Il commence sa carrière en tant que pianiste rock avant de publier en 2006 sa première nouvelle autobiographique « Digging the Vein » (Contemporary Press). Constituant un regard porté sur le monde de la musique et de la drogue, cet ouvrage lui vaut d’être considéré comme un auteur central de la «Off-beat Generation», un groupement d’auteurs aux écritures diversifiées mais se positionnant toujours de façon critique vis-à-vis du marché de l’édition mainstream. En octobre 2016, il publie chez Hélice Hélas éditeur un roman graphique avec le graveur fribourgeois David Brülhart intitulé « La Vie sauvage » .
––––––– FANTOCHE BEST KIDS 2016 –––––––
Sélection de courts métrages jeune public
SA 01.10 et DI 02.10 / 14:30

Site web

Fantoche International Animation Film Festival s’est déroulé du 6 au 11 septembre à Baden. À l’issue de l’événement, le festival a mis sur pied un programme «on tour» qui démarrera fin septembre dans les cinémas suisses. Le Cinéma Bellevaux aura ainsi l’opportunité de faire découvrir Fantoche Best Kids 2016 à Lausanne, sélection de films d’animation pour enfants incluant les gagnants du prix Best Kids et du prix du public enfants (programme de 60-70 min, dès 6 ans).
––––––– SORTIE DU 21 SEPTEMBRE –––––––
Séance spéciale présentée par le Neuchâtel International
Fantastic Film Festival (NIFFF) VE 23.09 à 20:30
UNDER THE SHADOW
–––––––
Babak Anvari, 2016, Jordanie/Royaume-Uni/Iran,
HD, VOstFR, 84′, 16/16 ans

Bande-annonce

En 1988, Téhéran subit les ravages de la guerre entre l’Iran et l’Irak. Alors que les bombes ne cessent de tomber du ciel, Shideh, une jeune mère de famille aux idées progressistes, tente de survivre dans son appartement avec Dorsa, sa petite fille. Un missile frappe alors le bâtiment, sans pour autant exploser. La fillette tombe malade et se met à adopter un comportement de plus en plus étrange. C’est alors qu’un voisin évoque la présence d’un djinn, un être surnaturel capable de s’immiscer dans l’esprit des humains…

Dans la lignée de « The Babadook » , un terrifiant huis clos sur les rapports entre une mère, son fils et un croque-mitaine, « Under the Shadow » se sert des codes de l’horreur pour dresser une critique acérée de la politique postrévolutionnaire et du patriarcat iraniens. Film d’épouvante à combustion lente tourné avec un budget modeste, il distille un suspense insidieux qui finit par éclater pour laisser place à une lutte enragée contre toute forme d’oppression. Un coup de maître d’un jeune réalisateur prometteur. – NIFFF

––––––– SORTIE DU 28 SEPTEMBRE –––––––
FLOCKING
–––––––
Beata Gardeler, 2015, Suède, DCP, VOstFR,
110′, 16/16 ans

Bande-annonce

Dans « Flocking » , une jeune fille accuse un camarade de classe de l’avoir violée, et personne ne la croit, à tel point qu’elle se retrouve pointée du doigt pour avoir osé porter une accusation aussi grave. Toute ressemblance avec des faits réels est loin d’être fortuite, puisque c’est la double peine intrinsèque aux affaires de viols, qui restent hélas le plus souvent impossibles à prouver. Mais « Flocking » n’est pas un « dossier de l’écran » , c’est du cinéma. Du cinéma avec des idées, mais surtout du cinéma tendu qui fait serrer les poings sur les accoudoirs. Pour faire un parallèle scandinave, on pourrait trouver dans le parcours du combattant de Jennifer comme un écho de celui du héros de « La Chasse » , injustement accusé de pédophilie. La communauté dans laquelle vit Jennifer n’est pas très différente. Sous des airs civilisés de village où tout le monde se connait, rien n’y est autant respecté que l’apparence de cohésion et d’entente. Le crime de Jennifer est avant tout d’oser y faire des vagues. Mais pas seulement. – Grégory Coutaut, « Film de Culte »
––––––– TOUJOURS À L’AFFICHE –––––––
Cinéma Bellevaux, Rte Aloys-Fauquez 4, CH – 1018 Lausanne
(Bus TL n°3, 8, 22 et 60, arrêt
« Rouvraie » )
–––––––
www.cinemabellevaux.ch

pic-911644-704492606-20092016.jpgSi vous ne désirez plus recevoir notre lettre d’information, cliquez ici

AU PROGRAMME DU CINÉMA BELLEVAUX

Si vous ne visualisez pas correctement l’e-mail, cliquez ici

––––––– CARTE BLANCHE AU COLLECTIF FABRIK –––––––
Lectures, performances, éditions & vinyles
VE 16.09 / dès 20:00

Entrée libre

Site web

Des mots, des images, des sons. Lectures, concerts performatifs, éditions & vinyls, machine sonore et poétique à 16 mains, yeux et pieds.

« J’aimerais fonder un club, un hyper club.
Vous connaissez ce réveil brusqué ?
Cette sensation de fin du monde ?
Parfois je me demande si le vent n’est que

mélange de mélange au carré du mélange,
mes pas dans tes empreintes,
je ferai les chemins,
j’avalerai le temps,
Je ne suis pas ici par hasard…
Naufragé, survivant seul à cette mer de sang,
Est-ce le premier jour qui déjà se finit ? »

FABRIK c’est des dizaines de créations artistiques, de recherches, de rencontres, de mises en réseaux. Nous explorons l’espace scénique, nous questionnons les outils narratifs, afin de continuer de progresser, d’inventer et de re-transmettre notre environnement, nos rêves, nos doutes et nos urgences. – Collectif FABRIK, Lyon

––––––– SORTIE DU 7 SEPTEMBRE –––––––
RODÉO
–––––––
(Boi neon) Gabriel Mascaro, 2015, Brésil/Pays-Bas/Uruguay,
DCP, VOstFR, 101′, 16/16 ans

Bande-annonce

Dans un Nordeste de cowboys, un homme, une femme et sa petite fille partagent leur quotidien entre spectacle taurin et couture. Il confectionne des costumes animaliers pendant qu’elle répare le camion et que la petite cherche à se faire aimer des adultes. Lorsque le soir tombe, les taureaux s’habillent de lumière pour que leur chute soit la plus belle et la plus spectaculaire possible. Le chef opérateur Diego Garcia (à l’œuvre également sur le « Cemetery of Splendour » d’Apichatpong Weerasethakul) compose des plans très sensuels évoquant la peinture de Brueghel ou de Vermeer. – Festival Black Movie
––––––– SORTIE DU 14 SEPTEMBRE –––––––
LES DÉMONS
–––––––
Philippe Lesage, 2015, Canada, DCP,
VF, 118′, 16/16 ans

Bande-annonce

Pendant qu’une série d’enlèvements de jeunes garçons sévit à Montréal, Félix, 10 ans, termine son année scolaire dans une banlieue d’apparence paisible. Enfant imaginatif et sensible, Félix a peur de tout : du possible divorce de ses parents, des maniaques qui s’en prennent aux petits garçons, des voisins louches, et même du sida. Peu à peu, les démons imaginaires de l’enfance côtoient ceux d’un monde réellement inquiétant.

« Dans Les démons, mon intention n’est pas de me mettre au service de la logique de la dramaturgie classique mais de me soumettre à la logique de la vie. Oui, il y a tension, oui, les personnages ont des objectifs, oui, ils luttent contre leurs démons, et oui, le récit a sa propre structure menant à une sorte de crescendo. Mais il s’agit aussi de fragments, de tableaux parfois impressionnistes tirés de la vie et de souvenirs. Or, dans le réel comme dans les souvenirs, il y a quelque chose d’inachevé, de non résolu et de mystérieux. Tout le contraire d’une suite de scènes qui seraient instrumentalisées pour ne servir que la mécanique d’un récit rondement ficelé. » – Philippe Lesage, réalisateur

––––––– CINÉ-CLUB #02 –––––––
Cycle « Le corps transfiguré » proposé par le Ciné-club au beurre

Télécharger le programme du cycle complet

MACUNAIMA
–––––––
Joaquim Pedro de Andrade, 1969, Brésil, vidéo,
VOstFR, 110’, 16/16 ans

MA 20.09 / 20:30

Entrée libre

Bande-annonce

« Quelle paresse ! » est la seule phrase prononcée par Macunaima à 6 ans. Né dans la forêt tropicale, ce héro « sans caractère » , comme le définit la voix narratrice, occupe ses journées oisivement alors que ses frères et sa mère sont contraints au labeur pour assurer leur survie. Forcé finalement de quitter la forêt pour la ville, Macunaima ne change en rien son attitude et s’accommode aisément des nouveaux plaisirs qu’elle propose.

Par cette quête épicurienne, ponctuée de rencontres incongrues, des combattants de la guérilla aux cannibales, « Macunaima » , épopée satirique haute en couleurs, dénonce les contradictions idéologiques et culturelles d’un pays alors sous dictature militaire. Le refus affirmé de réalisme et l’extravagance burlesque des épisodes y contribuent en offrant une vision carnavalesque et hétérogène de la société brésilienne qui résiste ainsi à la culture dominante et imposée par les dirigeants. Joaquim Pedro de Andrade obtient un succès national et international auprès d’un public diffus, objectif rarement atteint par les auteurs du « Cinema Novo » dont les films sont généralement réservés à un public averti. – Ciné-club au beurre

––––––– TOUJOURS À L’AFFICHE –––––––
Cinéma Bellevaux, Rte Aloys-Fauquez 4, CH – 1018 Lausanne
(Bus TL n°3, 8, 22 et 60, arrêt
« Rouvraie » )
–––––––
www.cinemabellevaux.ch

pic-899745-704492606-06092016.jpgSi vous ne désirez plus recevoir notre lettre d’information, cliquez ici

AU PROGRAMME DU CINÉMA BELLEVAUX

Si vous ne visualisez pas correctement l’e-mail, cliquez ici

––––––– THE CENTERPOINT #04 –––––––
Cycle de performances proposé par Francisco Meirino

Télécharger le programme du cycle complet

DENIS ROLLET
–––––––

VE 02.09 / 20:30

Entrée à 5.- (Soutien à 15.-)

Site web

Co-fondateur de la fameuse Cave 12 de Genève et artiste sonore qui travaille notamment pour la chorégraphe Cindy Van Acker, et le performer Yann Marussich, Denis Rollet est un artiste trop discret qui se questionne sur les phénomènes sonores. Ses pièces sonores sont faites d’assemblages électroniques souvent faits maison et de matériel hi-fi standard, elles sont les vecteurs de sa capacité à amplifier les phénomènes auditifs et de les réduire à la source même du son : la vibration dans l’air. Ses (trop) rares performances sont complexes, brutes et intenses, mais toujours centrées sur "l’écoute".
––––––– SORTIES DU 31 AOÛT –––––––
ILLÉGITIME
–––––––
Adrian Sitaru, 2016, Roumanie/France/Pologne,
DCP, VOstFR, 89′, 16/16 ans

Bande-annonce

Lors d’un repas de famille, quatre frères et sœurs découvrent le passé polémique que leur père leur a caché. Tandis que cette révélation divise la famille, un autre scandale surgit: Romi et Sasha, frère et sœur jumeaux, entretiennent secrètement un amour fusionnel et physique.
UNE NOUVELLE ANNÉE
–––––––
Oksana Bychkova, 2014, Russie, DCP,
VOstFR, 107′, 16/16 ans

Bande-annonce

Hiver 2013. Igor aime Zhenia et Zhenia aime Igor. Elle, pétillante et ambitieuse, commence un nouveau travail dans un journal branché de la capitale. Lui, plus taciturne, taxi clandestin, se sent vite dépassé par cette nouvelle vie dont il ne comprend pas les codes. Durant un an, ils évoluent au coeur d’une Moscou en mutation, ils s’éloignent et se rapprochent, évoluent au sein de deux mondes très distincts. Le décalage entre eux grandit, inexorablement. Mais l’amour pourra tout, ou presque.
––––––– SORTIE DU 17 AOÛT –––––––
LE LENDEMAIN
–––––––
Magnus von Horn, 2015, Pologne/Suède/France,
DCP, VOstFR, 102’, 16/16 ans

Bande-annonce

Lorsque John retourne chez son père après avoir purgé sa peine de prison, il aspire à prendre un nouveau départ. Mais son crime reste présent dans les mémoires des habitants de la commune et semble impardonnable. Son retour attise la colère de chacun et lentement s’installe une atmosphère pesante qui laisse présager un lynchage imminent. Se sentant abandonné par ses amis et ceux qu’il aime, John perd espoir et l’agressivité qui l’avait conduit en prison refait peu à peu surface. Devant l’impossibilité d’oublier son passé, il décide de l’affronter.
––––––– CINÉ-CLUB #01 –––––––
Cycle "Le corps transfiguré" proposé par le Ciné-club au beurre

Télécharger le programme du cycle complet

MIND GAME
–––––––
Masaaki Yuasa, 2004, Japon, vidéo,
VOstFR, 103’, 16/16 ans

MA 06.09 / 20:30

Entrée libre

Bande-annonce

Nishi, 20 ans, looser merveilleux, rêve de devenir mangaka… en vain. Il croise un soir son amour d’enfance, Myon, à qui il déclare sa flamme éternelle et son désir de l’épouser. Pas de chance, elle est promise à un autre. Cela ne les empêche pas d’aller casser la graine ensemble au restaurant du père de la demoiselle. Toutefois, deux yakuza qui en veulent au père rentrent dans le bar. En tentant de s’interposer, Nishi meurt d’une balle dans l’anus et se retrouve au purgatoire où un dieu étrange lui offre d’aller dans l’au-delà. Il préfèrera tromper sa vigilance et retourner à la vie pour corriger le passé.

Masaaki Yuasa s’est fait remarquer par ce film d’animation flamboyant devenu culte. Construit comme une anthologie des techniques d’animation à lui tout seul, ce premier long-métrage offre une variation sur le thème de la coexistence des lignes d’univers divergentes dans une même temporalité. "Mind Game" porte bien son titre, décalquant les strates de l’esprit sur celles des corps.

––––––– DERNIÈRE SEMAINE À L’AFFICHE –––––––
Cinéma Bellevaux, Rte Aloys-Fauquez 4, CH – 1018 Lausanne
(Bus TL n°3, 8, 16, 22 et 60, arrêt "Rouvraie")

–––––––
www.cinemabellevaux.ch

pic-891861-704492606-25082016.jpgSi vous ne désirez plus recevoir notre lettre d’information, cliquez ici

PROCHAINEMENT AU CINÉMA BELLEVAUX

Si vous ne visualisez pas correctement l’e-mail, cliquez ici

SORTIES DU 20 JUILLET
Consulter les horaires de la semaine
MIDNIGHT SPECIAL ​
–––––––
Jeff Nichols, 2015, États-Unis, DCP, VOstFR, 111′, 16/16 ans

Bande-annonce

Fuyant d’abord des fanatiques religieux et des forces de police, Roy, père de famille et son fils Alton, se retrouvent bientôt les proies d’une chasse à l’homme à travers tout le pays, mobilisant même les plus hautes instances du gouvernement fédéral. En fin de compte, le père risque tout pour sauver son fils et lui permettre d’accomplir son destin. Un destin qui pourrait bien changer le monde pour toujours.
COLONIA ​
–––––––
Florian Gallenberger, 2015, Allemagne, DCP, VOstFR, 110′, 16/16 ans

Bande-annonce

Chili, 1973. Le Général Pinochet s’empare du pouvoir par la force. Les opposants au coup d’Etat descendent dans la rue. Parmi les manifestants, un jeune couple, Daniel photographe et son amie Lena. Daniel est arrêté par la nouvelle police politique. Il est conduit dans un camp secret, caché dans un lieu reculé au sein d’une secte dirigée par un ancien nazi. Une prison dont personne n’est jamais sorti. Pour retrouver son amant, Lena va pourtant rentrer dans la Colonia Dignidad.
SORTIE DU 27 JUILLET
Horaires en ligne dès le 25 juillet
THE VVITCH ​
–––––––
Robert Eggers, 2015, États-Unis, HD, VOstFR, 93′, 16/16 ans

Bande-annonce

Avec “The VVitch”, Eggers en appelle à l’imagination et aux peurs les plus enfuies du spectateur. Si le cinéaste avait choisi d’échafauder son film à partir d’une citation, alors celle de l’écrivain Howard Phillips Lovecraft clamant : “l’émotion la plus ancienne et la plus puissante que connaisse l’humanité est la peur, et la peur la plus ancienne et la plus terrible qui soit, c’est celle de l’inconnu” s’y prêterait à merveille. La notion d’inconnu renfermerait dans ce cas précis cette forêt mystérieuse et impénétrable, véritable personnage à part entière du long métrage, voir à travers un tout autre niveau de lecture, l’inconnu rattaché au mal originel dans sa forme la plus pure. – À Voir À Lire
SORTIE DU 3 AOÛT
Horaires en ligne dès le 1er août
HIGH-RISE ​
–––––––
Ben Wheatley (d’après J.G. Ballard), 2015, Royaume-Uni,
HD, VOstFR, 119′, 16/16 ans

Bande-annonce

D’une pleine causticité, “High-Rise” est le portrait intransigeant du devenir humain, lorsque l’utopie se pense au pluriel et répond d’une normalisation excessive. Adaptation du roman éponyme de J.G. Ballard, le film nous plonge au coeur des années 1970 dans une société en pleine mutation. Fort du constat de l’échec de la « révolution » sociétale alors pensée par d’aucuns, Ben Wheatley signe une allégorie universelle où le temps suspend son cours. Vertigineux. – Nicolas Gilson, Un Grand Moment de Cinéma (ou pas)
SORTIE DU 10 AOÛT
Horaires en ligne dès le 8 août
PARASOL ​
–––––––
Valéry Rosier, 2015, Belgique, DCP, VOstFR, 75’, 16/16 ans

Bande-annonce

Projet atypique dans le paysage cinématographique, “Parasol” répond à une envie de liberté. Construit au fil de rencontres et de son propre tournage, le film croise trois lignes de vie qui se répondent en écho. Développant une approche esthétique qui transcende proprement la réalité de ses personnages tout en donnant au film une tonalité à la fois colorée et mélancolique, Valéry Rosier signe un premier long-métrage éblouissant, jouissif et savoureux. – Nicolas Gilson, Un Grand Moment de Cinéma (ou pas)
www.cinemabellevaux.ch

pic-875031-704492606-19072016.jpgSi vous ne désirez plus recevoir notre lettre d’information, cliquez ici

PROCHAINEMENT AU CINÉMA BELLEVAUX

Si vous ne visualisez pas correctement l’e-mail, cliquez ici

ÉVÉNEMENTS​
–––––––
DANS LES LIMBES
–––––––

AVANT-PREMIÈRE EN PRÉSENCE DU RÉALISATEUR

SA 30.04 / 20:30

SORTIE LE 04 MAI

Antoine Viviani, 2015, France/Canada, DCP,
VOstFR, 85’, 16/16 ans

Bande-annonce

“Dans les Limbes” est une exploration des limbes d’Internet, comme si le réseau se rêvait lui-même, comme s’il était devenu notre au-delà. La voix d’un esprit mystérieux (interprété par Nancy Huston) se réveille dans le dédale des centres de données du réseau mondial. En plongeant dans sa mémoire, elle observe, fascinée, l’étrange vie qui y réside, peuplée de personnages fantomatiques (pères fondateurs d’Internet, dirigeants de Google, etc) et s’abandonne lentement à lui en essayant de ressentir à nouveau ce qu’est la nostalgie.
CARTE BLANCHE À "SUCKED ORANGE GALERIE"

––––––

JE 05.05 / DÈS 20:00

La galerie Sucked Orange est née entre 2010 et 2011 à Berlin. Le lieu et les événements qui s’y déroulent dépeignent un univers en marge de la culture commerciale, une approche esthétique plongeant dans toute forme d’expression, dans un esprit constant de création. Le Cinéma Bellevaux lui laisse carte blanche pour une soirée mouvementée qui s’articule en deux temps.

PERFORMANCE

OCTATANZ

20:00

DUO DJ / BERLIN-VILNIUS

Oscar Olias « Oscar Der Winzige » (E) & Matas Labasauskas « Aerobica » (LT)

Résultat dynamique, inépuisable et hallucinant issu d’une collaboration entre deux collectionneurs de musique électro-acoustique et réunissant des perles musicales oubliées ou inconsidérées du quatrième quart du siècle dernier. Au fil des titres, l’atmosphère se trouble pour laisser place à une douce et enivrante folie. Une expérience fascinante !
PROJECTION

POSSESSION

22:00

Andrzej Zulawski, 1981, France/Allemagne, HD, VOstFR, 124′, 18/18 ans

Bande-annonce

Mark retourne chez lui à Berlin alors que sa femme, Anna, décide de le quitter. Il la soupçonne d’avoir un amant en la personne de Heinrich, un illuminé adepte du New Age. Mais celui-ci lui affirme qu’elle l’a aussi quitté pour un autre. Alors que les rapports de Mark avec sa femme deviennent de plus en plus tendus, il se rend compte que le nouvel amant de cette dernière n’est pas humain…
PROCHAINES SORTIES
–––––––
TRACKS

––––––

SORTIE LE 27 AVRIL

John Curran, 2013, Australie, DCP,
VOstFR, 112’, 16/16 ans

Bande-annonce

En 1975, Robyn Davidson, une jeune femme en quête de sens, abandonne sa vie urbaine pour traverser le désert australien sur 3200 km. Elle entreprend ainsi une marche de 6 mois à travers une nature impitoyable. Sa solitude sera troublée par Rick Smolan, un photographe du National Geographic qui couvre son expédition. Inspiré d’une histoire vraie, son périple est jalonné de rencontres qui lui permettent de s’ouvrir au monde et de découvrir sa force intérieure. Une odyssée magnifique rythmée par des images que l’on n’oublie pas.
HEART OF A DOG

–––––––

SORTIE LE 27 AVRIL

Laurie Anderson, 2015, France/Etats-Unis, DCP,
VOstFR, 75’, 16/16 ans

Bande-annonce

Le 11 septembre, la mémoire d’un être cher, un chien nommé Lolabelle… Que sont les histoires ? Comment nous sont-elles racontées ? "Heart of a Dog" est un film sur l’oubli et le souvenir, sur le langage et les images, et enfin sur la façon dont on raconte et se raconte des histoires. Une ligne, imaginaire bien sûr, pourrait facilement lier "Heart of a Dog" à Chris Marker et au dernier Godard. Laurie Anderson, musicienne et artiste multidisciplinaire renommée, signe un voyage envoûtant, lyrique et ludique, tissant sa trame d’images et de sons avec une intelligence poétique lumineuse. L’introspection devient politique, les films de famille en 8mm deviennent des dessins animés… Et tout un imaginaire se déploie, porté par sa voix et sa musique, invitant les yeux des spectateurs à traverser les fluides, imprévisibles et constantes transformations des images. – Paolo Moretti
KAILI BLUES
–––––––

SORTIE LE 04 MAI

Gan Bi, 2015, Chine, DCP,
VOstFR, 110’, 16/16 ans

Bande-annonce

Chen est médecin dans une petite clinique de Kaili, ville brumeuse et humide de la province subtropicale du Guizhou. Il a perdu sa femme lorsqu’il était en prison pour avoir servi dans les triades. Aujourd’hui, il s’occupe de Weiwei, son neveu, qu’il aimerait adopter. Lorsqu’il apprend que son frère a vendu Weiwei, Chen décide de partir à sa recherche. Sur la route, il traverse un village étrange nommé Dangmai, où le temps n’est plus linéaire. Là, il retrouve des fantômes du passé et aperçoit son futur… Il est difficile de savoir si ce monde est le produit de sa mémoire, ou s’il fait simplement partie du rêve de ce monde. La douceur du regard de Bi Gan pour les habitants de Kaili fait penser au cinéma d’Apichatpong. On retrouve aussi l’onirisme du thaïlandais, où rêve et réalité se mélangent. Le sommet du film est un plan séquence en travelling dans un petit village qui se veut une plongée dans l’inconscient du personnage principal. Enfin, le film est bercé par une voix-off de poèmes.
TOUJOURS À L’AFFICHE​
–––––––
GRANNY’S DANCING ON THE TABLE
–––––––

Hanna Sköld, 2016, Suède, HD,
VOstFR, 89’, 16/16 ans

Bande-annonce

Eini et son père vivent loin du monde et de la société. Prise au piège de cet homme violent, la jeune fille puise à travers les récits de sa grand-mère la force de surpasser la haine de son père, de briser ses chaînes. Mêlant jeu d’act·rice·eur et animation, Hanna Sköld nous raconte l’isolement d’une famille au centre d’une nature sauvage et inchangée, topos très présent dans le cinéma nordique de ces dernières années. Mais loin d’en proposer un Eden retrouvé, la réalisatrice en dénonce la perfidie, l’isolement de cette famille permettant ici le déploiement sur plusieurs génération d’une violence masculine décomplexée. – Cinéma Spoutnik
www.cinemabellevaux.ch

pic-827569-704492606-26042016.jpgSi vous ne désirez plus recevoir notre lettre d’information, cliquez ici

PROCHAINEMENT AU CINÉMA BELLEVAUX

Si vous ne visualisez pas correctement l’e-mail, cliquez ici

ÉVÉNEMENTS​
–––––––
VE 18.03 / 20:00

Entrée CHF 5.- (soutien CHF 15.-)

Cycle de performances littéraires, 60′

OH LÀ UN TITRE
–––––––

Conférence de Fabienne Radi
Éditions art&fiction

Dans ce livre on croise des breaks Volvo, des chefs indiens, des kangourous, l’inventeur du velcro, une saucisse au chou, mais également Burt Lancaster en slip de bain, Paul Newman en professeur de géologie ou Konrad Lorenz parlant à ses oies. Tout ça avec de l’art qui entre par une porte et ressort par une autre en arrière-plan. Fabienne Radi écrit ("Ça prend", 2013, "Cent titres sans Sans titre", 2014), fait des éditions d’artiste (livres, objets, posters), enseigne à la HEAD et rédige des chroniques pour le MAMCO. Elle vient de Fribourg et vit à Genève.

QU’HOMME / WIE EIN WIE
–––––––

Performance bilingue de Beat Christen et Muma
Éditions d’en Bas

Dans “Qu’homme / Wie ein Wie”, le poète et narrateur se fait tour à tour ver de terre, pierre, homme bourré de bière, poule passant à l’abattoir, flocon de neige, enfant qui naît… Il raconte une femme qui meurt et évoque une tentative de migration à travers le détroit de Gibraltar avant de s’envoler comme s’il était martinet. Mélangeant prose et poésie, il déploie quelques possibles de l’univers terrestre. Les textes et éclats de voix de Beat Christen – qui sont bilingues mais pas toujours des traductions les uns des autres – s’entre­croisent en écho avec les motifs, les dessins et les lavis du peintre Muma.

CANINE
–––––––

MA 22.03 / 20:30

Séance unique proposée en collaboration avec le MUDAC
dans le cadre du vernissage de l’exposition "Sains et saufs"

Entrée libre

Yórgos Lánthimos, 2009, Grèce, HD, VOstFR, 94′, 16/16 ans​

Bande-annonce

«Canine» est l’un des films les plus haineux, les plus méchants, les plus cruels de l’histoire du cinéma à l’égard de la famille. La charge est d’autant plus horrifique que la forme adoptée est celle d’une fable presque paisible, d’une allégorie absurde, dont les postulats, relativement invraisemblables, sont développés avec une telle assurance qu’ils finissent par nous convaincre sinon de la réalité, du moins de la justesse de ce que l’on voit. […] Cette logique délirante est mise en oeuvre à travers un ordonnancement strict du monde, qui confine autant à la terreur qu’au comique. Téléphone caché, télévision réservée à la diffusion de films de famille, jeux débiles et régressifs, affabulation d’un au-dehors rempli de puissances monstrueuses, lexique détourné de sa signification (une carabine est ainsi un bel oiseau blanc ; une foufoune, une grande lampe). – Jacques Mandelbaum, Le Monde
AVANT-PROGRAMME
–––––––
THEY’RE CREEPING UP ON YOU !
–––––––

George A. Romero, 1982, États-Unis, HD, VOstFR, 17′, 16/16 ans

Extrait du film à sketches "The Creepshow" cet épisode dépeint le monde fantasmagorique de Mr. Pratt, PDG aussi cruel qu’obsédé par la propreté sans contours de son appartement immmaculé et hermétiquement coupé d’un monde qu’il voit comme envahi de créatures nuisibles, mépris partagé jusqu’à l’intime intrusion de son espace vital.

PROCHAINE SORTIE
–––––––
ÉVOLUTION
–––––––

SORTIE LE 23 MARS

Lucile Hadzihalilovic, 2015, France, DCP,
VF, 81’, 16/16 ans

Bande-annonce

“Évolution” est beau, il est aussi inquiétant. La sueur perle sur la peau, les murs suintent et quelque chose se trame. Le film s’aventure dans les vertiges de la science-fiction pour parler de l’intime : après les récits d’apprentissage féminins de “Innocence”, on assiste ici à la puberté de jeunes garçons. Leurs corps se transforment et la réalité aussi. La dimension perturbante de ce changement est traitée à la façon d’un cauchemar. Si le corps féminin à la puberté a pu être abordé de nombreuses fois au cinéma, l’équivalent masculin est beaucoup plus rare – en tout cas aussi sérieusement.[…] Ce qui n’empêche pas un traitement poétique et déstabilisant : à plusieurs reprises durant “Évolution”, on se dit qu’on n’a jamais vu ça avant. Combien de longs métrages peuvent s’en vanter ? – Nicolas Bardot, Film de culte
TOUJOURS À L’AFFICHE​
–––––––
www.cinemabellevaux.ch

pic-807406-704492606-17032016.jpgSi vous ne désirez plus recevoir notre lettre d’information, cliquez ici

PROCHAINEMENT AU CINÉMA BELLEVAUX

Si vous ne visualisez pas correctement l’e-mail, cliquez ici

ÉVÉNEMENTS
–––––––