PROCHAINEMENT AU CINÉMA BELLEVAUX

Si vous ne visualisez pas correctement l’e-mail, cliquez ici

ÉVÉNEMENTS
–––––––

PROCHAINEMENT AU CINÉMA BELLEVAUX

Si vous ne visualisez pas correctement l’e-mail, cliquez ici

SOIRÉE DU 25 DÉCEMBRE
–––––––

PROCHAINEMENT AU CINÉMA BELLEVAUX

Si vous ne visualisez pas correctement l’e-mail, cliquez ici

PROCHAINE SORTIE
–––––––
IXCANUL
–––––––

Sortie le ME 02.12 / 20:00

Jayro Bustamante, 2015, Guatemala, DCP,
VOstFR, 91′, 16/16 ans

Bande-annonce

María est une jeune femme maya de 17 ans qui vit dans une plantation de café sur le flanc d’un volcan guatémaltèque. Son rêve : aller voir « au-delà du volcan ». Ce souhait semble très difficile à exaucer car elle est promise à Ignacio, le contremaître de la plantation. Ce mariage arrangé est, pour ses parents, l’assurance d’un logement et d’un travail. María se bat contre son destin, prise dans un monde légendaire et contradictoire. Le désir d’émancipation, le rôle des cultures ancestrales, la famille, l’attraction de la modernité, sont autant de thèmes intriqués traités avec finesse et sobriété dans un décor à couper le souffle. – Filmar
ÉVÉNEMENT
–––––––
PETITS THÉÂTRES LAUSANNOIS DE LA BELLE ÉPOQUE
–––––––

MA 08.12 / 19:00

Les Éditions d’en bas & le Cinéma Bellevaux vous invitent à une rencontre à l’occasion de la publication de « Petits théâtres lausannois de la Belle Époque » par Olivier Robert.

PROGRAMME
–––––––

Introduction
par François Vallotton

Lecture d’un passage du roman de Ramuz
Les circonstances de la vie évoquant les théâtres de la Belle Époque

par Jacques Roman

Une soirée imaginaire au Kursaal
par Olivier Robert:

LES ACTUALITÉS

Vue Lumière – La Fête des narcisses de Montreux, 1900
Vue Lumière – Le Panoptikum de Berlin, 1896
Vues Lumière – L’Exposition universelle de Paris, 1900

LES ATTRACTIONS

Alice Guy – Miss Dundee et ses chiens savants, 1902
Alice Guy – Mme Ondine dans la danse serpentine, 1900
Segundo de Chomon – Les Kiriki, 1907

LES CHANSONNIERS

Alice Guy – Polin, L’anatomie du conscrit, 1905
Alice Guy – Dranem, Le vrai jiu jitsu, 1905
Alice Guy – Mayol, Questions indiscrètes, 1905

LA COMÉDIE

Jean Durand – Le Match Oxford contre Martigues, 1912

TOUJOURS À L’AFFICHE
–––––––
LA TIERRA Y LA SOMBRA
–––––––

César Acevedo, 2015, Colombie/France/Pays-Bas/Chili/Brésil,
DCP, VOstFR, 97’, 16/16 ans

Bande-annonce

EL MOVIMIENTO
–––––––

Benjamín Naishtat, 2015, Argentine/Corée du Sud,
DCP, VOstFR, 70’, 16/16 ans

Bande-annonce

PLUS D’INFORMATIONS
–––––––

www.cinemabellevaux.ch

pic-753503-660760738-02122015.jpgSi vous ne désirez plus recevoir notre lettre d’information, cliquez ici

PROCHAINEMENT AU CINÉMA BELLEVAUX

Si vous ne visualisez pas correctement l’e-mail, cliquez ici

ÉVÉNEMENTS
–––––––
ROMEO CASTELLUCCI: TRAGEDIA ENDOGONIDIA
–––––––

SA 14.11 / 18:00

En présence d’Eric Vautrin, dramaturge du Théâtre de Vidy

La «Tragedia Endogonidia» est le résultat d’une recherche théâtrale hors norme sur la forme tragique et ses possibilités d’expression sur la scène contemporaine. Des onze épisodes présentés successivement durant trois ans dans dix villes européennes, la Societas Raffaelo Sanzio a réalisé un film qui loin d’en être la simple captation, en est plutôt une métamorphose indépendante et originale grâce aux moyens spécifiques du cinéma. Romeo Castellucci livre ici autant de tableaux où les multiples cordes de son arc théâtral, (mise en scène, costumes, éclairages ou création sonore) tissent une toile fascinante, qui saisit dans ses mailles les moindres détails de notre inconscient. L’intégrale des 11 films sera projetée successivement (durée : 5h30).

FILMAR EN AMÉRICA LATINA
–––––––

DU 18 AU 22 NOVEMBRE

Programme complet

La 17ème édition de FILMAR en América Latina aura lieu du 13 au 29 novembre 2015 à Genève, en Suisse romande et en France voisine. Une attention toute particulière sera portée cette année aux cinémas d’Amérique centrale et du Mexique avec une immersion de Panama à Tijuana. Avec sa section FILMARcito, le festival offre également aux enfants la possibilité de découvrir le cinéma latino-américain.

PAULINA
–––––––

ME 18.11 / 20:30

SA 21.11 / 20:30

DI 22.11 / 18:15

Santiago Mitre, 2015, Argentine
Brésil/France, DCP, VOstFR, 103’,16/16 ans

Bande-annonce

EL MOVIMIENTO
–––––––

JE 19.11 / 20:30

SA 21.11 / 18:45

DI 22.11 / 16:45

Benjamín Naishtat, 2015, Argentine/Corée du Sud, DCP, VOstFR, 70’, 16/16 ans

PROCHAINEMENT AU CINÉMA BELLEVAUX

Si vous ne visualisez pas correctement l’e-mail, cliquez ici

PROCHAINES SORTIES
–––––––
FELT
–––––––

Sortie le ME 21.10 / 20:30

Vendredi 23 octobre à 20:30
Séance spéciale en présence d’Amy Everson, actrice et co-scénariste

Jason Banker, 2014, États-Unis, DCP,
VOstFR, 80′, 16/16 ans

Bande-annonce

Tout fraîchement primé au LUFF, “Felt” se déploie au sein de l’univers d’Amy Everson, artiste, actrice et co-scénariste du film, et compose autour de ce noyau une tragédie qui exhausse la provocation délicate de son art vivant et plastique. Tourné sans scénario préalable, et de par l’implication transversale de son personnage central, le film oscille entre portrait documentaire d’un monde à part et mises en scènes d’une réalité aux allures de conte et de manifeste. “Felt” se joue ainsi des frontières et des genres dans tous les sens du terme, et jaillit comme un cri de rage poussé au visage du monde, le cri d’une femme contre la violence institutionnelle qui contraint sa condition, mais aussi celui qui déchire cette contrainte par la douceur d’un imaginaire sans âge et sans sexe. La caméra de Jason Banker en devient le porte-voix qui amplifie cette poésie de masques et de costumes jusqu’à l’extrême, un extrême brutal mais soyeux comme une étoffe, drapant le mur contre lequel “Felt” s’appuie et nous projette.
FIELD NIGGAS
–––––––

Sortie le ME 04.11 / 20:30

Samedi 31 octobre à 20:30
Avant première en présence du réalisateur

Khalik Allah, 2014, États-Unis, HD,
VOstFR, 60′, 16/16 ans

Bande-annonce

Avec la nuit et Harlem comme hôtes, Khalik Allah, invite à se mouvoir dans cet habitat à ciel ouvert à la rencontre des déshérités de l’Histoire, des gueules meurtries et des représentants de l’ordre ou du désordre ordinaires qui s’y côtoient et occupent cet espace d’ombres, de bitume et de lumières criardes. Comme pour abolir l’emprise du temps sur les corps, l’image vogue au ralenti à mesure que les flots de témoignages s’emparent de cette temporalité blessée. Donnée aux sans-voix, la parole est ici le moyen d’unir, de contempler et d’admirer la richesse du trait d’union tiré sur les différences, à la lumière de la lutte de ceux que Malcolm X appelait les “field negroes”, ces esclaves refusant l’allégeance et l’identification à leurs maîtres. Photographe, Khalik Allah éclaire et capture un pan héritier du monde contemporain, avec la faculté d’en saisir l’immédiateté, et d’exprimer avec lui la mécanique des révolutions d’un temps qui s’arrête.
ÉVÉNEMENTS
–––––––
CORN ISLAND
–––––––

JE 22.10 / 18:30

Avant première en partenariat avec
Ciné-clubs UNIL/EPFL, présentée par Myriam Rachmuth

Tarif spécial à CHF 5.- pour les étudiants
Projection suivie d’un apéritif

George Ovashvili, 2014, Géorgie, DCP,
VOstFR, 100′, 16/16 ans

Bande-annonce

Un vieux paysan s’installe sur une île au milieu de la rivière Inguri qui marque la frontière entre Géorgie et Abkhasie. Il est accompagné de sa petite-fille de 16 ans. Ensemble, ils vont semer, puis récolter le maïs. Le vieil homme est peu disert, la jeune fille découvre la beauté, mais aussi la dureté de la nature. Une sublime allégorie de la vie, filmée avec une extrême simplicité qui souligne l’âpreté de la nature et sa beauté. Une extraordinaire étude psychologique aussi: peu de mots sont échangés entre les deux personnages. Mais le lien intense qu’ont les deux protagonistes avec la nature qui les entoure sera troublé par les visites impromptues des gardes frontières des deux bords.
ROBOTS DU SEPTIÈME ART
–––––––

VE 30.10 / Ouverture des portes à 18:00

Double programme en partenariat avec
La Maison d’Ailleurs

Tarif spécial à CHF 24.- pour deux films
(ou un seul film aux tarifs habituels)

PLANÈTE INTERDITE
–––––––

VE 30.10 / 18:30

Fred M. Wilcox, 1956, États-Unis, HD,
VOstFR, 98’, 10/14 ans

Bande-annonce

HARDWARE
–––––––

VE 30.10 / 20:30

Richard Stanley, 1990, Royaume-Uni
États-Unis, HD, VOstFR, 93’, 16/16 ans

Bande-annonce

La Maison d’Ailleurs, musée de la science-fiction, de l’utopie et des voyages extraordinaires à Yverdon, présente «Portrait-Robot» jusqu’au 31 janvier 2016, une exposition qui invite les visiteurs à réfléchir aux relations complexes se tissant entre le robot et l’être humain.

En écho à cette thématique, la Maison d’Ailleurs et le Cinéma Bellevaux ont sélectionné deux films de science-fiction qui ont marqué l’histoire du septième art et qui seront projetés exceptionnellement le vendredi 30 octobre dans la salle lausannoise en présence de Julien Bodivit (directeur artistique du LUFF et membre de l’équipe de programmation du Cinéma Bellevaux) et Laure Kuenzli (collaboratrice de la Maison d’Ailleurs).

TRAFIC «HORS LES MURS» :
«TRUCAGES ET EFFETS SPÉCIAUX»
–––––––

DU 6 AU 8 NOVEMBRE / Entrée libre

Projections et conférences

Programme complet

PROCHAINEMENT AU CINÉMA BELLEVAUX

Si vous ne visualisez pas correctement l’e-mail, cliquez ici

PROCHAINES SORTIES
–––––––
PARASITE
–––––––

Sortie le ME 07.10 / 19:00

Anka et Wilhelm Sasnal, 2013, Pologne, DCP,
VOstFR, 66′, 16/16 ans

Bande-annonce

Primé au Festival ARS Independent de Katowice pour «son puissant portrait d’une société aliénée, son esthétique marquante et épurée, son usage expressif de l’assemblage et de la mise en scène, et sa volonté de confrontation», «Parasite» est la fable d’un déclin ausculté à la loupe dans l’aspérité du détail, où trois personnages, aussi isolés qu’ils incarnent chacun un stade propre de l’évolution humaine, chutent comme autant de perspectives ici réunies en un point de fuite étouffé qui les retiendrait ensemble prisonnières.
IM KELLER
–––––––

Sortie le ME 07.10 / 20:30

Ulrich Seidl, 2014, Autriche, DCP,
VOstFR, 85’, 18/18 ans

Bande-annonce

Ulrich Seidl expose, à la frontière du documentaire, de l’absurde et du ridicule, un cadre au soin maniaque qui accueille et arrange un ordinaire fasciné dont il développe l’essence à coups de plume et de rencontres. «Im Keller» s’engouffre ici dans les sous-sols autrichiens, devenus scènes hasardeuses d’un spectacle co-écrit par ses protagonistes dans l’espace imaginaire de son metteur en scène, tous mus par la volonté de se raconter dans un vif drapé d’ombre. C’est donc à l’abri des regards que Seidl nous propose de plonger le nôtre, sans jugement ni complaisance, aux côtés de ceux qui de sujets discrets deviennent témoins d’une réalité criante, et si ses arrangements dérangent, ils offrent l’occasion rare de sonder les caches où en creux l’humanité résonne ou se désaccorde.
ÉVÉNEMENTS
–––––––
NOS REFLETS
–––––––

SA 10.10 / 20:30

Séance spéciale en présence
de l’équipe du film

Cyril Bron et David Fuehrer, 2015,
Suisse, couleur, HD, VF
, 66′, 16/16 ans

Bande-annonce

«Drogué», «camé», «toxico», «junkie». Ces termes sont autant de filtres qui empêchent un accès nuancé à la personne toxicomane, et la figent dans l’uniformité de la stigmatisation sociale. La question est alors de savoir comment réussir à dépasser ces obstacles, à escamoter d’emblée toute la panoplie de connotations associées à la dépendance. Pour les réalisateurs, la réponse a été de créer un dispositif neutralisant les préjugés ; un dispositif établi pour contrecarrer et dépasser l’écran d’idées reçues et de conventions qui s’interpose et empêche toute forme de proximité.

PROGRAMME DE LA RENTRÉE 2015

Si vous ne visualisez pas correctement l’e-mail, cliquez ici

PROCHAINES SORTIES
–––––––
BRIDGEND
–––––––

Sortie le ME 02.09 / 20:30

Jeppe Rønde, 2015, Danemark, DCP,
VOstFR, 95’, 16/16 ans

En partenariat avec

«La seule vraie question pour moi demeure de savoir pourquoi nous lever chaque matin.» Jeppe Rønde, sonde avec «Bridgend» l’inconsciente frontière qui borde l’attachement à la vie en s’attelant à traduire le regard de ceux qui décident de la franchir. Suite à la couverture médiatique d’une vague de suicides d’adolescents demeurant inexpliquée dans la ville qui donnera son titre au film, Rønde s’immerge dans la beauté étrange qui habite cette région pour donner un visage au silence qui l’inonde. De cette approche documentée naîtra une fiction imprégnée jusqu’au coeur par la mémoire et le culte des 79 adolescents réellement disparus à ce jour, et une lecture responsable qui rend hommage au mystère, et interroge le sens de l’inexplicable.
THOSE WHO FEEL THE FIRE BURNING
–––––––

Sortie le ME 09.09 / 20:30

Morgan Knibbe, 2014, Pays-Bas, DCP,
VOstFR, 74’, 16/16 ans

S’harnachant au désespoir des migrants convoitant l’asile en Europe, «Those Who Feel The Fire Burning» est un audacieux témoignage où l’absence de gravité d’un cadre ivre et aérien magnifie la tragédie de son contexte, dans un mouvement perpétuel qui colle tant à la peau de ses sujets qu’il traduit un quotidien condamné à la dérive.
ÉVÉNEMENTS
–––––––
LE CRAN LITTÉRAIRE
–––––––

SA 11.09 / 20:00 / PRIX UNIQUE À CHF 5.-

Placé sous l’égide de l’association de la promotion de la littérature en Suisse CH Litterature.CH, le Cran Littéraire émerge de la rencontre et de l’envie mutuelle d’éditeurs lausannois et romands de présenter et produire autrement des textualités afin de bouleverser le rapport que le public peut avoir avec ces dernières. La performance littéraire se démarque de la lecture ou de la rencontre d’auteur par sa prise en compte de la dimension scénique d’un texte, elle travaille l’expérience du public, donne un corps et une voix à l’écrit, le met en scène pour le rendre «texturel».

Deux Gniffeniaffons, 20’
Performance de traduction burlesque de Roberta Gado et Camille Luscher
(Éditions d’en bas)

Les Livres des Débuts, 20’
Performance d’Eugène
(L’Âge d’Homme)

Au Congrès des herminettes, 20’
Performance de Jean-Sébastien Simon
sur un texte de Pierre Yves Lador

(Hélice Hélas Éditeur)

DORA
–––––––

SA 12.09 / 20:30

Avant-première en présence de la réalisatrice

Stina Werenfels 2015, Suisse/Allemagne, DCP, VOstFR, 90’, 16/16 ans

Traitant avec douceur des désirs de ceux qu’on dit incapables de discernement, «Dora» pose un regard complice sur un handicap qu’on accable, muselle et utilise, dans une fresque colorée et renversée sur la cruauté de l’ordinaire. Séance spéciale suivie d’une discussion avec la réalisatrice.