info-cine bellevaux 191

info-ciné Bellevaux 191

Bonsoir à toutes et tous, voici de quoi parfaire vos connaissances hebdomadaires en matière de cinéma hors-pathé, histoire d’être mieux au courant que les journaux, qui ont de plus en plus tendance à se tromper sur notre compte horaire – voire même à nous oublier!
Demain soir (mardi 16) à 21 h, Déchets – le cauchemar du nucléaire sera le film de clôture de la tournée romande du Festival du Film Vert, un documentaire choc dans la veine du Monde selon Monsanto, qui aborde ce sujet tabou par une enquête scientifique et politique à travers le monde et qui a l’ambition de vous donner les clefs pour comprendre des choix qui pèsent lourd dans l’avenir de l’humanité.
A partir de mercredi, le Bellevaux reprend son rythme de croisière, avec deux films en prolongation. Le Concert, délectable comédie franco-russe, sans changement d’horaire, et, parce qu’il nous a fait du bien à l’âme ce week-end, Liberté, le cri de Tony Gatlif, enflammera l’écran tous les soirs, à la nuit tombée.
Et bien sûr n’oubliez pas qu’un cinéma sans spectateur c’est comme partir sur les chemins de la bohème sans guitare! … Belle semaine à vous.

«Le concert»
Film de Radu Mihaileanu (France), 2 h

A l’époque de Brejnev, Andrei Filipov était le plus grand chef d’orchestre d’Union soviétique et dirigeait le célèbre Orchestre du Bolchoï. Mais après avoir refusé de se séparer de ses musiciens juifs, tous ont été licenciés en pleine gloire. Trente ans plus tard, Andrei travaille toujours au Bolchoï mais comme homme de ménage. Un soir, alors qu’’il travaille tard dans le bureau du directeur, il intercepte un fax adressé à la direction du Bolchoï: c’est une invitation du Théâtre du Châtelet conviant l’orchestre à venir jouer à Paris. Andrei a alors une idée folle. Rameuter ses anciens amis et se faire passer pour l’orchestre officiel…

Une comédie rafraichissante, à l’humour russe, qui sait rire intelligemment des choses graves. Arrosé de Tchaïkovski tout comme il faut – et même si on n’aime pas, on se délecte – c’est un hymne discret et savoureux à l’humanité qui est en nous. A la réal et au scénario, Radu Mihaileanu orchestre ici un des sujets qui avait fait son succès, l’usurpation d’identité, je pense ici à Train de Vie, où déjà il nous faisait rire en déguisant des juifs en soldats SS qui se déportaient eux-mêmes pour échapper aux camps… Dans Le Concert, Radu s’inspire de l’Histoire et d’un fait divers: un orchestre russe s’était réellement présenté à Pékin pour une représentation qui ne leur était pas destinée, dans les années 70, juste après la période où Brejnev faisait virer tous les musiciens juifs des orchestres officiels…
Cette année, Mihaileanu à été couronné du Prix Henri-Langlois, aux Rencontres internationales du cinéma et du patrimoine, «pour avoir su en quelques films marquer le cinéma mondial d’une empreinte particulière, courageuse et engagée par un travail sur la mémoire mêlant aux tragédies de l’Histoire un humour, une poésie, un humanisme, savamment et idéalement distillés.»
Vous n’oserez pas contester ce prix…

bande-annonce/site officiel

Tous les jours à 18 h 15
(version originale, russe/français, st. fra.)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s