Archives mensuelles : septembre 2016

AU PROGRAMME DU CINÉMA BELLEVAUX

Si vous ne visualisez pas correctement l’e-mail, cliquez ici

––––––– LE CRAN LITTÉRAIRE #10 –––––––
Cycle de performances littéraires
JE 29.09 / 20:00

Prix unique à 5.- (soutien à 15.-)

Site web

Andri Snær Magnason est né à Reykjavík le 14 juillet 1973. Il a écrit des romans, des poèmes, des drames, des contes et des essais. Ses œuvres ont été publiées ou jouées dans plus de 20 pays. Son roman « LoveStar » (traduit en français par Eric Boury, Paris, Zulma, 2015) a été élu Livre de l’année par les libraires islandais en 2002, il a reçu le prix littéraire DV, une mention pour le Prix de la littérature islandaise et la version française a obtenu le Grand Prix de l’Imaginaire 2016 du roman étranger. Poèmes de supermarché (éditions d’en bas, 2016) compare et mythologise les grandes surfaces marchandes avec les différents cercles de la « Divine Comédie » de Dante. Tony O’Neill (1978) est un auteur britannique vivant actuellement dans le New Jersey. Il commence sa carrière en tant que pianiste rock avant de publier en 2006 sa première nouvelle autobiographique « Digging the Vein » (Contemporary Press). Constituant un regard porté sur le monde de la musique et de la drogue, cet ouvrage lui vaut d’être considéré comme un auteur central de la «Off-beat Generation», un groupement d’auteurs aux écritures diversifiées mais se positionnant toujours de façon critique vis-à-vis du marché de l’édition mainstream. En octobre 2016, il publie chez Hélice Hélas éditeur un roman graphique avec le graveur fribourgeois David Brülhart intitulé « La Vie sauvage » .
––––––– FANTOCHE BEST KIDS 2016 –––––––
Sélection de courts métrages jeune public
SA 01.10 et DI 02.10 / 14:30

Site web

Fantoche International Animation Film Festival s’est déroulé du 6 au 11 septembre à Baden. À l’issue de l’événement, le festival a mis sur pied un programme «on tour» qui démarrera fin septembre dans les cinémas suisses. Le Cinéma Bellevaux aura ainsi l’opportunité de faire découvrir Fantoche Best Kids 2016 à Lausanne, sélection de films d’animation pour enfants incluant les gagnants du prix Best Kids et du prix du public enfants (programme de 60-70 min, dès 6 ans).
––––––– SORTIE DU 21 SEPTEMBRE –––––––
Séance spéciale présentée par le Neuchâtel International
Fantastic Film Festival (NIFFF) VE 23.09 à 20:30
UNDER THE SHADOW
–––––––
Babak Anvari, 2016, Jordanie/Royaume-Uni/Iran,
HD, VOstFR, 84′, 16/16 ans

Bande-annonce

En 1988, Téhéran subit les ravages de la guerre entre l’Iran et l’Irak. Alors que les bombes ne cessent de tomber du ciel, Shideh, une jeune mère de famille aux idées progressistes, tente de survivre dans son appartement avec Dorsa, sa petite fille. Un missile frappe alors le bâtiment, sans pour autant exploser. La fillette tombe malade et se met à adopter un comportement de plus en plus étrange. C’est alors qu’un voisin évoque la présence d’un djinn, un être surnaturel capable de s’immiscer dans l’esprit des humains…

Dans la lignée de « The Babadook » , un terrifiant huis clos sur les rapports entre une mère, son fils et un croque-mitaine, « Under the Shadow » se sert des codes de l’horreur pour dresser une critique acérée de la politique postrévolutionnaire et du patriarcat iraniens. Film d’épouvante à combustion lente tourné avec un budget modeste, il distille un suspense insidieux qui finit par éclater pour laisser place à une lutte enragée contre toute forme d’oppression. Un coup de maître d’un jeune réalisateur prometteur. – NIFFF

––––––– SORTIE DU 28 SEPTEMBRE –––––––
FLOCKING
–––––––
Beata Gardeler, 2015, Suède, DCP, VOstFR,
110′, 16/16 ans

Bande-annonce

Dans « Flocking » , une jeune fille accuse un camarade de classe de l’avoir violée, et personne ne la croit, à tel point qu’elle se retrouve pointée du doigt pour avoir osé porter une accusation aussi grave. Toute ressemblance avec des faits réels est loin d’être fortuite, puisque c’est la double peine intrinsèque aux affaires de viols, qui restent hélas le plus souvent impossibles à prouver. Mais « Flocking » n’est pas un « dossier de l’écran » , c’est du cinéma. Du cinéma avec des idées, mais surtout du cinéma tendu qui fait serrer les poings sur les accoudoirs. Pour faire un parallèle scandinave, on pourrait trouver dans le parcours du combattant de Jennifer comme un écho de celui du héros de « La Chasse » , injustement accusé de pédophilie. La communauté dans laquelle vit Jennifer n’est pas très différente. Sous des airs civilisés de village où tout le monde se connait, rien n’y est autant respecté que l’apparence de cohésion et d’entente. Le crime de Jennifer est avant tout d’oser y faire des vagues. Mais pas seulement. – Grégory Coutaut, « Film de Culte »
––––––– TOUJOURS À L’AFFICHE –––––––
Cinéma Bellevaux, Rte Aloys-Fauquez 4, CH – 1018 Lausanne
(Bus TL n°3, 8, 22 et 60, arrêt
« Rouvraie » )
–––––––
www.cinemabellevaux.ch

pic-911644-704492606-20092016.jpgSi vous ne désirez plus recevoir notre lettre d’information, cliquez ici

Publicités

AU PROGRAMME DU CINÉMA BELLEVAUX

Si vous ne visualisez pas correctement l’e-mail, cliquez ici

––––––– CARTE BLANCHE AU COLLECTIF FABRIK –––––––
Lectures, performances, éditions & vinyles
VE 16.09 / dès 20:00

Entrée libre

Site web

Des mots, des images, des sons. Lectures, concerts performatifs, éditions & vinyls, machine sonore et poétique à 16 mains, yeux et pieds.

« J’aimerais fonder un club, un hyper club.
Vous connaissez ce réveil brusqué ?
Cette sensation de fin du monde ?
Parfois je me demande si le vent n’est que

mélange de mélange au carré du mélange,
mes pas dans tes empreintes,
je ferai les chemins,
j’avalerai le temps,
Je ne suis pas ici par hasard…
Naufragé, survivant seul à cette mer de sang,
Est-ce le premier jour qui déjà se finit ? »

FABRIK c’est des dizaines de créations artistiques, de recherches, de rencontres, de mises en réseaux. Nous explorons l’espace scénique, nous questionnons les outils narratifs, afin de continuer de progresser, d’inventer et de re-transmettre notre environnement, nos rêves, nos doutes et nos urgences. – Collectif FABRIK, Lyon

––––––– SORTIE DU 7 SEPTEMBRE –––––––
RODÉO
–––––––
(Boi neon) Gabriel Mascaro, 2015, Brésil/Pays-Bas/Uruguay,
DCP, VOstFR, 101′, 16/16 ans

Bande-annonce

Dans un Nordeste de cowboys, un homme, une femme et sa petite fille partagent leur quotidien entre spectacle taurin et couture. Il confectionne des costumes animaliers pendant qu’elle répare le camion et que la petite cherche à se faire aimer des adultes. Lorsque le soir tombe, les taureaux s’habillent de lumière pour que leur chute soit la plus belle et la plus spectaculaire possible. Le chef opérateur Diego Garcia (à l’œuvre également sur le « Cemetery of Splendour » d’Apichatpong Weerasethakul) compose des plans très sensuels évoquant la peinture de Brueghel ou de Vermeer. – Festival Black Movie
––––––– SORTIE DU 14 SEPTEMBRE –––––––
LES DÉMONS
–––––––
Philippe Lesage, 2015, Canada, DCP,
VF, 118′, 16/16 ans

Bande-annonce

Pendant qu’une série d’enlèvements de jeunes garçons sévit à Montréal, Félix, 10 ans, termine son année scolaire dans une banlieue d’apparence paisible. Enfant imaginatif et sensible, Félix a peur de tout : du possible divorce de ses parents, des maniaques qui s’en prennent aux petits garçons, des voisins louches, et même du sida. Peu à peu, les démons imaginaires de l’enfance côtoient ceux d’un monde réellement inquiétant.

« Dans Les démons, mon intention n’est pas de me mettre au service de la logique de la dramaturgie classique mais de me soumettre à la logique de la vie. Oui, il y a tension, oui, les personnages ont des objectifs, oui, ils luttent contre leurs démons, et oui, le récit a sa propre structure menant à une sorte de crescendo. Mais il s’agit aussi de fragments, de tableaux parfois impressionnistes tirés de la vie et de souvenirs. Or, dans le réel comme dans les souvenirs, il y a quelque chose d’inachevé, de non résolu et de mystérieux. Tout le contraire d’une suite de scènes qui seraient instrumentalisées pour ne servir que la mécanique d’un récit rondement ficelé. » – Philippe Lesage, réalisateur

––––––– CINÉ-CLUB #02 –––––––
Cycle « Le corps transfiguré » proposé par le Ciné-club au beurre

Télécharger le programme du cycle complet

MACUNAIMA
–––––––
Joaquim Pedro de Andrade, 1969, Brésil, vidéo,
VOstFR, 110’, 16/16 ans

MA 20.09 / 20:30

Entrée libre

Bande-annonce

« Quelle paresse ! » est la seule phrase prononcée par Macunaima à 6 ans. Né dans la forêt tropicale, ce héro « sans caractère » , comme le définit la voix narratrice, occupe ses journées oisivement alors que ses frères et sa mère sont contraints au labeur pour assurer leur survie. Forcé finalement de quitter la forêt pour la ville, Macunaima ne change en rien son attitude et s’accommode aisément des nouveaux plaisirs qu’elle propose.

Par cette quête épicurienne, ponctuée de rencontres incongrues, des combattants de la guérilla aux cannibales, « Macunaima » , épopée satirique haute en couleurs, dénonce les contradictions idéologiques et culturelles d’un pays alors sous dictature militaire. Le refus affirmé de réalisme et l’extravagance burlesque des épisodes y contribuent en offrant une vision carnavalesque et hétérogène de la société brésilienne qui résiste ainsi à la culture dominante et imposée par les dirigeants. Joaquim Pedro de Andrade obtient un succès national et international auprès d’un public diffus, objectif rarement atteint par les auteurs du « Cinema Novo » dont les films sont généralement réservés à un public averti. – Ciné-club au beurre

––––––– TOUJOURS À L’AFFICHE –––––––
Cinéma Bellevaux, Rte Aloys-Fauquez 4, CH – 1018 Lausanne
(Bus TL n°3, 8, 22 et 60, arrêt
« Rouvraie » )
–––––––
www.cinemabellevaux.ch

pic-899745-704492606-06092016.jpgSi vous ne désirez plus recevoir notre lettre d’information, cliquez ici